gravatar

Les Télés au Maroc participent à l'Ignorance des Spectateurs



Aboulkacem Chebri, écrivain, archéologue et militant associatif, appelle à traduire les responsables du pôle public marocain en justice. Il vient de publier une lettre ouverte où il lance un coup de gueule contre les productions diffusées durant le mois de ramadan. Entretien

Aboulkacem Chebri est directeur du Centre des études sur le patrimoine maroco-lusitanien à El Jadida. Se disant «outré» par la programmation des chaînes de télévision nationales, il vient de publier une lettre ouverte, adressée notamment à la Haute autorité de la communication audiovisuelle et au ministère de la Communication, pour crier son mécontentement. Pour lui, il faut que la société civile se saisisse de ce dossier.

Dans une lettre intitulée «Poursuivre la télévision», vous vous insurgez contre les feuilletons, séries et autres sit-com diffusés durant le mois de ramadan. Que reprochez-vous au juste à ces productions ?

Vous savez, la programmation de nos chaînes de télévision est insatisfaisante de manière générale. Personnellement, je ne me retrouve pas dans ce qui est diffusé sur le petit écran. Les comportements sociaux et toute la richesse de notre société, on ne les retrouve malheureusement pas à travers nos émissions télévisées. Nos chaînes de télé ne sont d’aucune valeur ajoutée pour l’éducation et la culture du citoyen. Pire, elles participent à le rendre ignorant ou plus ignorant. Cela vaut même pour le bulletin météo qui, pour moi, est du charabia. Je ne comprends pas la manière avec laquelle il est réalisé. A chaque fois, j’ai comme l’impression qu’on nous parle de la météo de la planète Mars.

Vous avez évoqué la programmation de manière générale. Pourquoi avoir choisi de vous exprimer spécifiquement pendant le mois de ramadan ?

Durant le mois de ramadan, tout le monde regarde la télévision. Notre consommation des programmes télé s’accroît d’une manière très importante. Cette année ,la mauvaise qualité a battu tous les records. J’ai dit dans ma lettre d’ailleurs que l’on commence à ressentir une certaine nostalgie par rapport à ce qui faisait il y a quelques années. Malgré tout, il y avait de la créativité, mais cette année c’est la catastrophe.

Dans quel objectif avez-vous rédigé cette lettre ?

Je suis arrivé à un point de saturation. Je me suis dit qu’il fallait parler, s’exprimer. Mon intention n’est pas de faire parler de moi, ce n’est pas mon but. Je suis un homme de l’ombre et je tiens à ce statut. Cependant, je me suis dit que le moment est peut- être venu d’éveiller les consciences. Cette lettre s’adresse à toute la société civile et la responsabilité incombe non seulement aux artistes mais surtout et en premier lieu aux chaînes de télévision, la Haute autorité à la communication audiovisuelle et au ministère de la Communication. Il faut arrêter de diffuser ces programmes qui sont insultants à l’égard de la société marocaine toute entière.

Maintenant que cette lettre est envoyée à certaines associations des droits de l’Homme, aux instances culturelles, à quelle réaction vous attendez-vous ?

J’aimerais que d’autres personnes me suivent dans la dénonciation. Je trouve cela aberrant que le téléspectateur marocain continue à subir cela dans réagir. Il faut que le Maroc bouge et il faut réagir. Je ne sais pas si cette lettre pourra changer quelque chose mais j’espère au moins que les mentalités vont évoluer. J’aimerais bien que la société civile réagisse et qu’elle aille manifester devant les locaux de nos chaînes de télévision.

Dans votre lettre, vous parlez de la mauvaise qualité de certaines productions et pourtant les résultats d’audience ne sont pas si catastrophiques que cela. Elles font par ailleurs le bonheur de 2M. Est-ce que vous ne pensez pas que c’est une affaire de goût ?

Ces résultats d’audience je n’y crois pas. La manière avec laquelle ils sont réalisés réduit leur crédibilité. Je suis d’accord avec vous que les goûts et les couleurs ne se discutent pas mais croyez -moi s’il y a de véritables enquêtes ciblées qui sont réalisées sur le terrain avec des sondages crédibles, plus de 70% de la population serait contre ce qui est programmé durant le mois de ramadan.

Qods Chabâa