gravatar

La Schizophrénie Sexuelle des Marocains

Entre sexualité assumée et tradition, les marocains ne savent plus où donner de la tête. D’après un sondage, 99% des hommes marocains souhaiteraient épouser une femme vierge, mais admettent qu’avoir une petite amie non vierge ne les dérange pas.

Il faut savoir ! Pour eux, avant le mariage, la virginité n’est pas importante car rien n’est officiel. Cependant, une minorité urbaine assume cette sexualité dévoilée hors mariage. Selon une sexologue marocaine, Amal Chabach, « la mondialisation, l’évolution des consciences et l’indépendance financière des femmes marocaines font que de plus en plus elles assument leur sexualité avec des hommes qui ont également ouvert leur esprit à cette liberté de choix ».

Mais ce n’est pas le cas partout. En effet, de nombreuses femmes sont contraintes à avoir recours à la chirurgie afin de se faire reconstruire un hymen. Un business très fructueux qui réjouit les médecins. Et le phénomène va loin. Des chinois sont même allés jusqu’à créer une sorte de poche de sang qui dégagerait un liquide rouge au moment de la nuit de noce…

Entre temps, le nouveau code de la famille, Moudawana, avait été adopté en 2004. Ainsi, les femmes étaient placée au même niveau que les hommes pour la gestion de la famille. Une position qui a émancipé la femme, et qui dit femme de pouvoir, dit femme libérée, même sexuellement. Au Maroc, même les jeunes filles sont perdues. L’une d’entre elle déclare que les marocains sont de véritables « schizophrènes », tiraillés entre « traditions et désirs de liberté ».