gravatar

Audition d'Ahizoune et de Mezouar devant la Commission des finances au sujet de Maroc Telecom

alt













L'audition d'Abdeslam Ahizoune par la Commission des finances au parlement, en présence de Salaheddine Mezouar, se précise de plus en plus. Le PDG de Maroc Telecom devra expliquer pouquoi son entreprise veut vendre les 7% que possède l'Etat marocain dans son capital, alors que la société est largement bénéficiaire. Cette audition a été demandée avec insistance par les deux groupes du PJD et de l'USFP, les islamistes et la gauche, pour lesquels la cession de 7% reste incompréhensible, Lahcen Daouidi du PJD ayant été encore plus explicite en refusant de comparer le Maroc à la Grèce qui est contrainte de vendre tous ses joyaux. L'audition pourrait avoir lieu dès cette semaine.

Les députés veulent demander aux deux responsables, le PDG et le ministre des Finances, de justifier les raisons qui les incitent à se défaire de cette part, ainsi que sur le timing de cette opération, en pleine période électorale. Et même dans le cas où les deux hommes pourraient convaincre les députés du bien fondé de cette vente, il faudra que le ministre explique si le produit de la cession sera consacré à l'investissement productif ou, à l'inverse, sera affecté à résorber le déficit de trésorerie de l'Etat. Dans le cas où les deux responsables ne répondraient pas à cette convocation, le PJD est disposé à aller loin, jusqu'à la Justice s'il le faut, pour dénoncer alors le non-respect de l'article 102 de la Constitution qui donne aux parlementaires la prérogative d'auditionner, sous la responsabilité de leurs ministres, les responsables des administrations et entreprises publiques dont ils attendent des éclaicissements sur un sujet donné. L'USFP ne va pas aussi loin, mais menace, en cas de refus de se présenter de Mezouar et d'Ahizoune, de remettre le sujet sur la table lors de la négociation de la prochaine loi de finances.