gravatar

Insultes et diffamation .. Ainsi s'expriment désormais nos hommes politiques (Maroc)

alt







Un aperçu de la nouvelle nomenclature politique marocaine. Chabat et les autres montrent une facette de leur personnalité qui s'attire les sarcasmes du grand public. Dans les années 90, un mot prononcé par le SG de la CDT, Noubir el Amaoui, à l'encontre du gouvernement l'avait conduit en prison. Ce mot était "voleurs". Ce mot, aujourd'hui, est à la bouche d'un grand nombre de politiques, mais personne ne va plus en prison pour ça. Florilège :  Chabat à Mezouar : "Tu es un colonisateur" - Kadiri (PND) : "Le PAM est un rassemblement de drogués et de soulards" - Chaker (PAM) : "Le maire de Fès est un homme du folklore" - Chabat à Benjelloun Andaloussi (ancien dirigeant de l'UGTM, le syndicat istiqlalien) : "Tu es un malade mental, une hyène, un homme sans personnalité qui m'embrassait l'épaule avec déférence" - Chabat qualifiant le 20F de "consommateurs de qarqoubi" - Benkirane (PJD) parlant du PAM et le qualifiant de "parti de brigands (bandiya)".
Analyse du politologue Mohamed Darif selon lequel, contrairement à leurs aînés Allal el Fassi, Abderrahim Bouabid et d'autres du même calibre, les politiques actuels ne font plus dans l'idéologie, et n'en ont pas d'ailleurs ; l'insulte et la diffamation sont désormais partie intégrante du jeu politique marocain.