gravatar

Coup de balai au ministère de la Justice

alt




Des têtes sont tombées... le ministre de la Justice, Mohamed Taïeb Naciri a réussi là où ses prédécesseurs ont buté. Le Secrétaire général du ministère, Mohamed Lididi et l'Inspecteur général, Driss Bichr, ont quitté leurs postes pour être remplacés respectivement par Abdelmajid Rhomija et Abdallah Hamoud, proches de Naciri. Les deux ex-hauts fonctionnaires n'ont pas vu venir le coup, au point qu'à l'annonce de la nouvelle, Driss Bichr "s'est évanoui dans son bureau", rapporte une source très proche du dossier. Le nouvel Inspecteur général a le grade d'avocat général à la Cour suprême et représentait le ministère au sein de l'Instance centrale de prévention contre la corruption. Tout un symbole ! Le dahir entérinant ces décsions a atterri le vendredi 22 juillet à 18h15, sonnant la fin de la semaine et de la carrière des deux anciens responsables, qui vont rester statutairement des juges... La passation de pouvoirs est prévue pour aujourd'hui mardi 26 juillet. L'affaire a été rondement menée. Après Bouzoubaâ et Radi, Naciri réussit enfin à se débarrasser des deux hommes, l'Inspecteur général ayant été particulièrement impopulaire.
Officiellement, ce dahir est le dernier à être signé sous le régime de l'ancienne Constitution. Le détail a son importance car le nouveau texte a plutôt quadrillé ce type de nominations à de hautes fonctions. Me Naciri a avancé par étapes, commençant par des directeurs de divisions, avant de réussir ce qui paraissait impossible, ou à tout le moins particulièrement difficile. Cela étant, le ministre n'a pas que des bons points à son actif : Ainsi du licenciement très contestable du juge Hassoune, la grève des greffiers... Mais il aura quand même réussi à mener en interne la réforme de la Justice en brisant le front de résistance qui régnait au ministère. Il a balisé le chemin à son successeur pour poursuivre la grande réforme.