gravatar

Agadir : Émeutes violentes à Aourir et destruction d'un caïdat - Maroc

alt





C'est dès après la prière du vendredi à la mosquée d'Aourir que les émeutes ont démarré, opposant forces de l'ordre et manifestants qui protestaient contre la démolition d'habitations par l'autorité locale. De gros dégâts ont été enregistrés : 23 élements des forces de l'ordre blessés, dont deux dans un état préoccupant, 26 manifestants blessés également et destruction totale de 7 véhicules de police.
L'affaire avait commencé mercredi lors d'une réunion, "secrète", à la wilaya d'Agadir, au cours de laquelle le président de la commune rurale d'Aourir, près du centre touristique de Taghazout, a été avisé des dépassements en matière d'urbanisme commis sur le territoire de sa commune, essentiellement par des membres de sa majorité. Décision a donc été prise de procéder à la démolition des logements illégaux/clandestins par l'utilisation des engins de travaux publics et de la force publique. Cette décision, parvenue aux concernés, a été transmise à la population pour être en garde et éviter le fait accompli de vendredi. Le jour dit, 26 fourgons de police et trois engins se sont transportés sur les lieux et ont entamé leur travail de démolition. Après avoir abattu trois constructions illégales, des locaux commerciaux appartenant à des membres de la majorité au Conseil communal, les ouvriers et les policiers se sont retrouvés confrontés aux jeunes locaux qui se sont mis à leur jeter des pierres. Les forces de l'ordre ont tenté de se replier mais ont été bloqués par les barrages dressés par les émeutiers.
Si les observateurs imputent la responsabilité de  ces évènements à une vengeance du président contre sa majorité rebelle, cela n'a pas empêché les manifestants de détruire et de mettre le feu au caîdat de la commune, de détruire légalement les véhicules des renforts et d'enclencher des opérations de guérilla contre les forces de l'ordre, jusqu'aux premières heures de la journée de samedi.