gravatar

Mégaprojet touristique à Nador : Aménagement de Marchica à Nador au Maroc

Le programme d'aménagement du site touristique de Marchica à Nador, dont la première tranche a été lancée mardi 7 juillet 2009 par SM le Roi Mohammed VI,

Mobilisant des investissements estimés à 46 milliards de DH devant être réalisés sur plusieurs tranches sur la période 2009-2025.

Ce programme "ambitionne de faire de Marchica, la deuxième plus grande lagune du bassin méditerranéen, une destination touristique propre".






La première tranche de ce programme prévoit la réalisation de la cité d'Attalayoun et de la Cité des Deux Mers avec des investissements de l'ordre de 7 millions de dirhams, ainsi que la réalisation d'une passe et l'aménagement de la passe actuelle en port de plaisance, a poursuivi M. Zarrou, qui a précisé que la nouvelle passe, de 300 mètres de largeur et de 6 mètres de profondeur, se situera à 1.500 mètres à l'ouest de la passe actuelle.



Selon le président du directoire de Marchica Med, la réalisation de cette passe permettra le renouvellement des eaux de la lagune, la restauration de la qualité du milieu naturel, la facilitation de la navigation par la réduction des courants, ce qui ne manquera pas d'avoir un impact bénéfique sur la diversité biologique du site.

Marchica Med, société anonyme à capital étatique chargée de gérer le programme, a mené plusieurs actions pour la dépollution de la lagune, d'un périmètre de 65 km, a-t-il précisé, soulignant que ces opérations s'inscrivent en parfaite harmonie avec les travaux en cours de réalisation par l'Office national de l'Eau potable qui a lancé la construction d'une station d'épuration des eaux usées dans la perspective de faire de Marchica une lagune propre et exceptionnelle à l'échelle de la Méditerranée.



Un programme de 7 projets touristiques sur 2.000 ha


Le coût de l’investissement s’élève à 28 milliards de DH


Le projet vise à mettre en valeur les potentialités naturelles pour la promotion de l’activité touristique dans cette zone. Cette mission a été confiée à Marchica Med, société anonyme de capital étatique créée en mars 2008.

Dans le cadre de ce chantier de grande envergure, cette société devrait réaliser un programme d’aménagement sur une superficie globale de 2.000 ha. 7 projets figurent au menu pour la réalisation de plus de 100.000 lits concernant les quartiers résidentiels, des résidences touristiques et des établissements hôteliers. Le coût global de ce projet s’élève à 28,346 milliards de DH.

Le grand lot, soit 13,6 milliards de DH, sera réservé au résidentiel. Alors que pour les établissements hôteliers il est prévu d’investir 3,3 milliards de DH.

Le reste sera partagé entre les infrastructures (8,264 milliards de DH) et les équipements (3,124 milliards de DH).

Ce qui va permettre la création d’environ 80.000 postes d’emplois, directs et indirects, dont 15.000 au moment de la construction qui va s’étaler de 2009 à 2025. «Il ne faut pas oublier l’investissement indirect que drainera le projet et qui est estimé à 17,5 milliards de DH», souligne Said Zarrou, président du directoire de Marchica Med.

L’aménagement des 7 projets prévus se fera de manière séquentielle, en commençant par la presqu'île d’Atalayoun et la cité des Deux Mers, dont les études sont à un stade très avancé. La première cité a été conçue selon les principes d’un développement écologique. La priorité a été donnée aux énergies renouvelables, notamment les équipements éoliens et solaires. Toujours dans le même registre, à signaler le recours au recyclage des eaux usées pour leur réutilisation dans l’arrosage. De même on va faire recours à l’exploitation de la roche locale pour optimiser les coûts et faire travailler les carrières de la région. Compte tenu de la spécificité du site qui entoure la lagune, l’importance qui sera accordée aux travaux de reboisement en vue d’amplifier la diversité des espèces végétales déjà installées dans cette zone dominée par les forêts. Tout cela mettra en valeur cette lagune qui constitue un site naturel d’exception au niveau de la Méditerranée.

Cette lagune est isolée de cette mer par un mince cordon dunaire de 25 km de longueur. Son aménagement va lui permettre de devenir une station touristique convoitée par les nationaux et les étrangers. Outre le développement économique de la région, ce projet va permettre également de protéger les ressources naturelles et la biodiversité de la zone (fond sous-marins, plages, espaces végétaux, faune endogène…).